vendredi 22 août 2008

"Peintre en Saint Yves"



"... il exista jadis, de par la Bretagne, une confrérie nomade de peintres rustiques, qui s'en allaient de bourg en bourg, illustrant ainsi de motifs pieux les demeures des humbles... je crains fort que, de ces imagiers populaires, Mabik Rémond ne soit chez nous le dernier..." (Anatole Le Braz - "Au pays des pardons")




C'est Mabik Rémond que l'on voit sur la carte postale.

Mabik Rémond (1835-1905) était ramoneur et surtout "peintre en Saint Yves". Il exerçait ses talents dans le coin précis où nous exposons cet été, du côté de la Roche jaune, Plouguiel, Tréguier, Port-blanc, etc...
Pour peindre ses St Yves, il utilisait, d'après ce que l'on sait, les moyens les plus simples, peignant à même les murs blanchis à la chaux avec des terres d'ocre et du noir de fumée.
Selon la somme qu'on lui donnait et selon son humeur, il réalisait un St Yves "version archevêque" ou "version simple vicaire"...





Malheureusement, il reste très peu de ces peintures, elles n'avaient plus la "cote", elles ont été barrées par des portemanteaux, recouvertes de papiers peints, de carreaux de grès cérame, de colle néoprène et de moquette murale dans le pire des cas.

Nous nous considérons comme des imagiers bretons, nous aussi. Il est inutile de nous appeler pour faire un ramonage... En revanche, on peut toujours nous appeler pour peindre un St Yves.
Exposant à la Roche jaune, nous avons eu envie de rendre cet hommage au dernier des "peintureurs de Saint Yves".








bibliographie:
- Anatole Le Braz: "Au pays des pardons"
- Revue Ar men n°41. Article et photos de Daniel Giraudon

mardi 12 août 2008

La maison entre les rochers de Plougrescant (différentes versions MHAD)


"... cette maison ne doit plus être l'objet de représentations commerciales..." dit la loi  (si vous souhaitez en savoir plus, cliquez sur ce lien qui explique tout)




                                                       (version 1997)
Pourtant, nous l'avions candidement représentée en 1997, assez ressemblante et nous l'avions exposée à la "Potinière" à Trébeurden.

Il est vrai que cette maison, nichée entre deux gros rochers, ressemble à un symbole. Evoquer la presqu'île de Plougrescant en ignorant cet endroit, c'est un peu comme évoquer la baie du Mont Saint Michel sans le montrer jamais.

Depuis que nous exposons à la Roche jaune (qui ne se trouve qu'à un jet de galet de cette maison), nous n'avons eu de cesse de "contourner le problème".



                                                      (version 2000)
Version aux couleurs de Kodak, un avertissement aux contrevenants, et le nom du bourg en breton.




                                                        (version 2002)
On se concentre sur une annexe de cette maison, un peu à droite, et tout aussi insolite: douche? cabane à outils? observatoire?




                                                        (version 2003)
Version photo sépia, bords crénelés, photo des années 50, c'est à dire bien avant la loi sur le droit à l'image...




                                                      (version 2005)
Il n'y a plus que le nom du lieu-dit "Castel meur", cette fois, ce qui signifie littéralement "grand château" en breton.




                                                        (version 2006)
On peut de nouveau reconnaître la maison, mais on voit bien ici que le vrai sujet, c'est la permanence, l'immuabilité de certaines choses.




                                                       (version 2007)
Vraiment très synthétisé: de quelle maison s'agit-il?




                                                        (version 2008)
La brume masque tout. Ceci est appuyé par la légende: on ne sait plus où on est...

S'il y a un juriste parmi vous, qu'il n'hésite pas à laisser un commentaire qui pourrait nous éclairer.




En tous cas, cette petite maison n'a pas fini de se faire mitrailler.