dimanche 19 mai 2013

La Carte de Cassini et le satellite (chapitre 2 - Iles de Glénan)

______________________________________


Voici un archipel d'îles et d'îlots dont certains ont causé bien du tort à la navigation.
Ainsi, juste en dessous des "pourceaux" on peut lire "les leuriou où s'est perdue la frégate du Roi la Vénus".

Mais à quoi songe donc le chevalier Gouzillon de Bélizal commandant de ce navire par ce beau matin d'août 1781 parfumé des senteurs chaudes et musquées des îles toutes proches?
On ne le saura pas, mais brutalement un sinistre craquement se fait entendre!
La Vénus vient de s'échouer toute seule, lamentablement, sans le concours d'aucune tempête, sur ces petits rochers coupants qu'on appelle "les leurious" alors que tout autour la mer est infestée par ces maudits anglais qui n'en feraient volontiers qu'une bouchée!





Oh! non... zut et flûte! s'exclame Glouzilon.

Heureusement il n'y aura pas de pertes humaines à déplorer, la hauteur de la mer ne dépassant pas 6 pieds à cet endroit. Après évacuation du personnel, le commandant décide de saborder le navire en y mettant le feu, afin de le soustraire à la convoitise (et sans doute aux quolibets) des Anglais.
Quel gâchis! Un bateau pratiquement neuf! Et voilà où vont les fonds publics! se dit-on probablement à l'époque.

Ce capitaine Zigoullon ne sera toutefois pas débarqué puisque, en suivant sa piste, nous apprenons qu'il prendra part à la funeste expédition de Quiberon en 1795 où d'ailleurs il périra.
Paix à son âme  

Mais revenons sur nos îles de Glénan.
Un peu plus bas sur la carte, on peut voir l'île du Loch: elle comporte un étang, d'où son nom, et aussi ce que nous appellerions aujourd'hui un cabanon.





Il n'y a pas trace du moindre village sur ces îles.
Il y a bien une autre cabane sur l'île Saint-Nicolas mais on imagine aisément que ce n'était "pas vraiment ça, au niveau de l'ambiance".
Qu'en est-il aujourd'hui?









On s'aperçoit que Google Map a totalement exclu "les pourceaux" et "les leurious" de son champ d'investigation. Dommage, les amateurs d'histoire-géo que nous sommes sont frustrés.
En l'occurrence "la carte est plus intéressante que la territoire" (Houellebecq Michel - La carte et le territoire).

On zoome un peu sur l'île du Loch.




Rien n'a changé: un étang + une maison et c'est tout!
Cet étang paraît bien asséché (par un été torride sans doute) mais soyez tranquille, la pluie ne va pas tarder.






C'est surprenant de voir que sur des îles relativement accessibles, rien n'a bougé depuis le XVIII° siècle.

En réalité, il y eut bien quelques tentatives à travers les siècles pour exploiter ces petites îles au climat doux: tantôt y faire pousser des asperges (mais les lapins, qui sont de fins gourmets, dévorent tout), tantôt faire un élevage de poissons dans le loch (mais l'eau s'avère trop salée, surtout lors des étés torrides), tantôt y installer une usine à soude (mais alors quoi? ...de la suie sur les asperges? de la fumée dans les yeux des lapins? On ne sait plus à vrai dire) mais là nous sortons un peu de notre sujet qui concerne les cartes avant tout.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale les îles de Glénan sont devenues la base de la plus grande école de voile d'Europe avec 15000 participants tous les ans, actuellement.

Les Glénans - années 40/50


une école traditionnelle...


Les Glénans - années 40/50


... et exigeante !

On ne commentera pas davantage cette affaire de nautisme, parce que nous avons l'un comme l'autre un vécu aussi bref que douloureux de l'apprentissage de la voile.
Extrait de vécu: "... plus vite! souque! mais souque moi ça!!! barre bon dieu!... mais BARRE! plus vite! Ah! Putain! t'es débile ou quoi?"... etc... etc...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire