dimanche 24 mai 2015

Cuire et décortiquer une araignée de mer


 Araignée à 12 pattes - Hôtel du Phare (pancarte MHAD)

Est-ce que nous préférons ceci ... ou cela ?





 Pour nous la question est vite résolue parce que en Bretagne on trouve facilement de délicieux crabes tout frais, en particulier les "araignées de mer".





 Elles détestent sortir de l'eau, donc dès le retour du marché on les met à l'air frais et on commence à faire chauffer de l'eau sans attendre.





 Une bonne araignée est très vivante, elle bouge souvent, ce qui explique ce portrait un peu flou.




 Beaucoup de personnes sont rebutées par son aspect piquant et poilu et, disons aussi, son côté insecte géant. En Bretagne, on y est habitué dès l'enfance donc tout va bien !





 On va prendre une grande casserole dans laquelle on ajoute un sachet de "court-bouillon" ou bien tout simplement une poignée de gros sel et un petit verre de vinaigre blanc.






 En attendant, mettez votre araignée au congélateur pendant 5 ou 10 minutes pour l'endormir; anesthésie pour elle et moins d'effroi pour vous au moment de la jeter dans l'eau bouillante.





 Ouh la la ! C'est fait !
On enlève le couvercle pour faire une photo mais on le remet vite.
Dès que l'ébullition reprend, cela produit plus ou moins d'écume, et là on compte 15 à 20 minutes de cuisson maximum.








C'est cuit.






On la refroidit un peu pour stopper la cuisson






et aussi pour la laver un peu. 






Certains l'aiment chaude, pas nous; on attend qu'elle soit froide comme une héroïne de Hitchcock.

Comment faire maintenant ?






Là, on blague, mais nous avons déjà vu des touristes dans un restaurant qui tapotaient la carapace avec un couteau et une fourchette, avant qu'une serveuse vienne à leur secours.
N'hésitez cependant pas à employer de solides instruments pour les gros spécimens. 






Il faut d'abord décoller la carapace.





Pas si facile.






Et là on arrache.





Oui ! si vous ne l'avez jamais fait, ça peut vous impressionner !





Surtout quand il faut y mettre les doigts pour enlever les parties non comestibles.





Ne vous évanouissez pas, ce n'est pas terminé.





On la retourne et on arrache la languette dure du dessous.





Maintenant, avec un couteau solide, on la coupe par le milieu.












Voilà ! mais est-ce bien présentable ?






Dans les restaurants, il est d'usage de remettre le couvercle pour avoir une plus jolie présentation.










Ah ! oui on allait oublier: juste avant, vous récupérez cette partie de couleur moutarde dont nous ne vous dirons pas comment on l'appelle en Bretagne !







Bon, cette fois on peut servir.







Ensuite, on brise les articulations des pattes.





Pour les parties les plus dures, on prend un casse-noix, un marteau ou une masse selon la résistance de la carapace.














Parfait ! On n'a pas écrabouillé la chair ; il n'y a pas d'éclats partout (ce qui se produit fréquemment).






Ça va prendre du temps d'éplucher tout ça...





de retailler dans tous les sens ... Plus d'une heure souvent.






Mais parfois, ça marche tout seul.






Hum ! vous n'avez pas sorti votre plus belle nappe, on espère !








Parce que c'est pas très joli après ce festin.






Maintenant, vous avez une folle envie de déguster une araignée de mer.
Non ? alors voyons ce que vous pourrez manger si vous commandez un beau plateau de fruits de mer à Lorient, au Guilvinec, à Saint-Malo ou à Belle-île-en-mer.




Plateau de fruits de mer - Hôtel du phare (pancarte MHAD)


Les citrons peut-être ... vous pourrez lécher les citrons ?!

3 commentaires: